Albert Willemetz

Albert Willemetz est considéré comme l’un des pères de l’opérette dans la forme sous laquelle nous la connaissons aujourd’hui.

À la fin de la première guerre mondiale, quand jusqu’alors les compositeurs adaptaient la musique au livret, il est le premier à écrire des paroles sur des compositions préexistantes. Il connaît son premier succès avec Phi Phi en le 12 novembre 1918 et reste à compter de cette date en haut de l’affiche tant avec ses opérettes que ses comédies musicales s’essayant également aux revues pour le Casino de Paris ou à l’écriture de scénarios pour le cinéma.

Il est l’auteur de plus de 3 000 chansons, souvent créées expressément pour leurs interprètes au nombre desquels on compte Suzy Delair, Yvonne Printemps, Fernandel, Michel Simon, etc.

Il écrit également plus de 90 revues pour le Casino de Paris et plus de 100 opérettes, le plus souvent en collaboration avec André Mouëzy-Éon, sur des musiques de Francis Lopez, Georges Van Parys, Maurice Yvain ou Arthur Honneger.
Parmi ses opérettes les plus connues, on compte Ta bouche, Là-haut, Dédé, Trois jeunes filles nues, Florestan Ier, Trois Valses et Les Aventures du roi Pausole.
Un grand nombre d’entre-elles ont été adaptées au cinéma

Il prit, en 1928, la direction des Bouffes-Parisiens avant de présider la SACEM entre 1946 et 1956 où il fonde le « Comité du cœur », puis de diriger la CISAC jusqu’à sa mort en 1964.